Le festival

AJF12_afficheÉDITO

3e plus grande ville des États-Unis, Chicago est bien connue pour avoir la musique dans l’âme. Jazz, house, blues… On ne compte plus les genres musicaux et les génies que la ville a enfantés. Au début des années 1900, la « grande migration » d’ouvriers d’origine afro-américaine des villes industrielles du sud des États-Unis a apporté les musiques traditionnelles à Chicago. La ville devient alors, avec La Nouvelle-Orléans, l’un des berceaux du jazz. Cent ans plus tard, la scène artistique continue de vibrer et d’innover. C’est donc tout naturellement que nous avons décidé de mettre la scène de Chicago à l’honneur cette année, et de célébrer les ponts musicaux entre les États-Unis et le Vieux Continent.

La programmation laisse donc une large place aux musiciens qui font l’actualité du jazz contemporain là bas mais aussi, dans l’idée d’insister sur le brassage des cultures cher à Penn Ar Jazz, à des artistes venus d’autres esthétiques (rock, musiques électroniques…). Nous fêterons également cette année les 50 ans de la prestigieuse AACM. Ce grand mix culturel réunira ainsi des français et des chicagoans, dans un même élan de partage. Vous pourrez ainsi vous rendre compte de l’incroyable vitalité culturelle de la « Windy City » (surnom donné à Chicago).

QUELQUES MOTS SUR L’AACM

L’AACM, Association for the Advancement of Creative Musicians, laboratoire musical et militant, a été créé en 1965 à Chicago par quatre artistes avec la volonté de réunir des musiciens recherchant des formes nouvelles de création et d’improvisation. L’importance de cette association de Chicago est considérable dans l’histoire de la musique du XXe siècle. Les membres de l’Art Ensemble de Chicago s’y sont retrouvés. L’un d’eux, le trompettiste Lester Bowie, sera un des premiers musiciens de jazz à se rendre au Nigeria, à Lagos, et à renouer avec les sources de la culture afro-américaine.

Sous l’égide de l’AACM, jazz, improvisation et composition se sont rapprochées. Et c’est l’AACM, avec l’Art Ensemble, qui a lancé l’expression « Great Black Music » qui qualifie depuis ce qui s’est créé de plus audacieux dans ce domaine. Le militantisme musical et l’expérimentation sonore ont été liés aux mouvements politiques de l’époque pour la défense des droits, comme Black Panthers, Nation of Islam.

 Plus d’infos : http://aacmchicago.org

Teaser du festival

Découvrez un bel article du Poulailler !